Bienvenue sur le Site d'Alexandra Louison

03/05/2006

Petit interview d'Aline CHORETIER...

posté à 11h01

Aline, tu investis beaucoup de temps dans le triathlon/duathlon depuis maintenant quelques années. Ce titre de Championne de France est le résultat d'un travail sérieux, c'est une très belle récompense!

1. Peux-tu raconter le déroulement de ta course à Cambrai?

Tout d’abord cette course n’était pas prévue au programme, c’est Eric qui m’a conseillé d’y participer au vu de mon état de forme en vélo sur les parcours roulants.
Au début de la course à pied, j’ai senti que je n’étais pas dans un jour exceptionnel, mais au vu des conditions météorologiques catastrophiques, ça a finalement joué en ma faveur.
J’ai du subir la première partie pédestre, d’ailleurs je t’ai croisé au demi-tour et tu m’as vraiment fait forte impression ! Heureusement, mon expérience du longue distance, m’a permis de gérer cette première étape en pensant déjà à rattraper mon retard sur le vélo sans laisser trop de plumes à pied. Au départ vélo, je pointe en 7ème position,
j’ai retrouvé mes sensations vers le 15ème kilomètre, durant le premier tour j’étais au coude à coude avec une autre concurrente, je reviens 4ème. Ensuite sur la seconde partie cycliste malgré le froid, la douleur et l’impossibilité de me ravitailler (Je n’ai pu manger qu’un gel durant tout le vélo car je n’arrivais pas à les déscotcher de mon guidon à cause du froid), je reviens finalement à ta hauteur à la transition. J’étais d’ailleurs impressionnée par ta belle prestation sur le vélo, dans des conditions qui ne t’avantageaient pas. Toi comme moi, avions de grosses difficultés à effectuer le changement, pieds et mains frigorifiées, impossible d’enlever le casque (j’ai du faire 10 km avec le casque sur la tête), mais grâce à une course où j’ai su gérer mon effort, j’ai pu garder de l’énergie sur la dernière course à pied.
Je me doutais que la deuxième partie pédestre allait être très difficile, j’ai vu que tu avais fait un gros vélo, et lorsque tu as démarré la course à pied, j’ai pu remarqué que tu n’étais pas dans de bonnes conditions. Mais je savais déjà que nous serions toutes les deux sur le podium, alors ça me faisait chaud au cœur. Ensuite en prenant la tête, c’est vrai que c’était beaucoup plus facile, car je savais la victoire proche. Mais bravo à toi pour t’être battue par ces terribles conditions sans ne jamais baisser les bras ! Les stéphanoises ont montré que rien ne les arrêtait !

2. Tu as passé une dizaine de jours en Afrique du Sud cet hiver pour profiter de meilleures conditions d'entraînement. Comment s'est
passée cette préparation? Comment as-tu géré cela avec ton boulot?

L’Afrique du sud, c’était vraiment top ! le climat, l’altitude, pas de décalage horaire ou presque. En fait au début nous avions décidé de partir pour profiter du pays, du soleil et du sport, ça n’était pas un stage sportif. Et puis au vu des conditions, nous avons profité de 10 jours d’entraînements, avec beaucoup de natation, du vtt dans la brousse africaine.
Je n’avais d’ailleurs pas roulé depuis 2 mois, mais mon important travail en musculation portait déjà ses fruits. Et puis des séances course à pied au milieu des meilleurs athlètes du monde, c’était grisant. Côté français, il y avait Marc Raquil, Medhi Baala, Bob Thari, Patricia Girard…et tout le monde était super sympa. Une étape que je recommande à tous !
Côté boulot, c’est le seul moment de l’année où je peux quitter l’institut (esthéticienne à mon compte), donc je n’ai pas hésité pour prendre 15 jours de vacances.

3. Tu veux faire Embrun cette année, tes qualités cyclistes en bosses feront de toi une des favorites. Comment vois-tu cette course?

Tout d’abord, Embrun restera toujours Embrun, c’est véritablement la seule course ou je n’émets aucun pronostic. Tout peut arriver !
Je ferai tout ce qu’il faut pour donner le meilleur de moi-même le jour J. Mes entraînements sont cette année véritablement différents, nous agissons par étape suivant le profil des courses.
Je viens à peine de démarrer le travail en bosses, pour arriver en forme le moment venu.
Nous allons faire un mini-stage sur place de quelques jours, en fonction de mon emploi du temps professionnel. Et puis il faudra penser à bien récupérer pour les championnats de France 3 semaines plus tard. C’est pour cela que nous faisons un travail spécifique en musculation toute l’année, pour garder de la puissance après un effort aussi traumatisant sur le plan musculaire et pouvoir être compétitive rapidement pour Gérardmer. Mais le sport n’est pas une science exacte, alors il faudra faire les bons choix.

4. Quels sont tes autres objectifs de la saison?

Quelques cyclos comme les boucles du Verdon et l’étape du tour.
Embrun comme objectif prioritaire et Les championnats de France à Gerardmer
Quelques courses de préparation comme Toulon et Cublize. Ensuite tout dépendra de mon état de forme du moment et de mon planning professionnel.
Je dois donc optimiser chaque séance d’entraînement car en conciliant le triathlon à mon travail, je n’ai pas de récupération, et mon volume horaire m’est compté. Chaque séance d’entraînement doit m’être utile. C’est pour cela que nous avons aménagé une petite salle de musculation dans mon garage, que j’utilise toute l’année.


5. Vivre aux côtés d'Eric (Amatteis) doit jouer un rôle important dans tes performances sportives. Peux-tu nous en dire un peu plus à ce sujet?

Pas trop quand même (sourires) ! L’an passé, 2 mois avant Nice, j’ai décidé de suivre les conseils d’Eric.
Jusqu’alors, je n’avais jamais fait des séances aussi difficiles, surtout sur le vélo, mais il connaissait exactement mes allures d’entraînement et mes fréquences cardiaques durant l’effort, sans regarder ma montre, ça me donnait confiance. Il m’avait prédit un podium à Nice et donné mon temps exact sur le vélo. A l’époque, je me disais qu’il était bien gentil de croire en moi, mais n’était pas trop réaliste !
Et puis je termine à 2’ de Catherine Houseaux. Et là j’ai encore du mal à croire que j’ai pu atteindre une telle performance en aussi peu de temps.
Après ma luxation du coude en juillet, nous décidons de nous fixer d’importants objectifs pour 2006, avec un entraînement sur mesure. Un travail en musculation tout l’hiver.
D’ailleurs pour l’anecdote, Cyril Dessel, le vainqueur du tour méditerranéen cette année venait dans mon garage durant l’hiver pour faire ses séances de musculation que lui concoctait Eric. C’était amusant de voir un cycliste pro s’entraîner dans de telles conditions,
Mais peu important la façon, c’est le résultat qui compte, 2 mois plus tard il était le second Français à remporter le tour Med après Laurent Jalabert.

Je pense que les difficiles séances de musculations ont joué un rôle direct sur ma progression. Et puis, partager les entraînements aux côtés d’Eric, même si ça n’est pas toujours évident,
est un point important, car durant l’entraînement ça ne rigole pas, et il voit tout, même lorsque je relâche mon coup de pédale ou ma fréquence de pédalage, quelques fois je le maudit : « tu fais C…Eric Amatteis » mais après je suis contente car ça porte ses fruits, alors on oublie tout, c’est trop beau.
Il pensait que je pouvais gagner les championnats de France à Cambrai, quand à moi, je n’y croyais pas, et ça a marché.
C’est un sport qui nécessite beaucoup d’expérience et l’entraînement seul ne fait pas tout, il ne suffit pas d’être fort, il faut savoir utiliser son potentiel et être prêt le jour J,
C’est une chance de partager tout ça à 2 et de pouvoir en discuter pour s’améliorer.



6. Souhaites-tu rajouter quelque chose?

Mes parents me soutiennent à 200%, ma mère m’allège certaines tâches quotidiennes, ce qui me permet de mieux m’entraîner. Mais le triathlon ne m’empêche pas de sortir et d’inviter des ami(e)s régulièrement à la maison. Il faut vivre et prendre du plaisir pour diversifier ses activités et ses relations.

 


Autre news:
30/09/2015 : Regard tourné vers 2016!
23/01/2015 : Ma préparation hivernale...
26/11/2014 : COURIR DE PLUS EN PLUS VITE…
10/10/2014 : NATUREMAN
04/08/2014 : La transition la plus longue de ma vie...
07/05/2014 : Quelques news de ma chute...
05/04/2014 : 1h12'05''....
13/03/2014 : Equipe de France d’ATHLETISME
27/01/2014 : Premiers Objectifs 2014 en Cross
12/10/2013 : NATUREMAN, je me suis faite surprendre par la vague…


» Consulter les archives

RSS



     
Designed by Nico35